Coucou l’ami encré. Si tu suis un minimum mes posts ici, tu dois sans nul doute connaitre mon amour pour le trad, avec ses lignes bien épaisses, ses couleurs vives et ses motifs incontournables ! Ce que tu ne connais peut être pas encore en revanche, c’est mon amour pour les chats ! Et oui ! Et quand je dis amour, je me contiens un peu (beaucoup !) , car je leur voue en effet un véritable culte, en bref, je suis une « crazy cat lady » comme on dit ! Alors mets toi à ma place, dans mon petit corps de fille, quand j’ai découvert le travail de la belle Iris Lys, qui as fait du trad et des chats sa spécialité ! Résultat : des pièces hautes en couleurs, rigolotes et parfois coquines, qui mettent en scène des chats , repris dans tous les motifs incontournables du tattoo old school, et dans le respect des codes de celui ci, une pépite qui fait miaou. Elle a bien voulu répondre à mes quelques questions pour Inkage, je te laisse donc la découvrir !
 
 
 Hello Iris, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
 
Salut Inkage ! J’ai 31 ans, je suis d’origine Franco-Finlandaise, née dans le sud de la France, que j’ai quittée en 2004 pour vivre en Finlande qui est le pays natal de ma mère et où j’ai appris à tatouer  fin 2004 début 2005.
Sinon j’ai deux chats, qui sont ma source d’inspiration principale, ce sont plus que des chats à mes yeux, ce sont mes enfants !  Et je collectionne aussi les porcelaines de chats faites au Japon en 1950 et mon appart est plein d’objets en tout genres en rapport avec les chats!
 
J’ai toujours dessiné depuis l’enfance ; je viens d’une famille d’artistes : mon père était sculpteur-plasticien, mêlant ses peintures à l’encre de chine, sur des supports en bois qu’il fabriquait lui même, il touchait également à la sculpture sur pierre et ma mère est tisserande et peintre, elle travaille sur des supports différents comme le tissu ou encore l’argile.
J’ai de ce fait toujours traîné dans des expo d’art et j’avais toujours des crayons dans les mains étant enfant,  et même si je dessinais très mal à cette époque, c’était la chose que je faisais le plus, alors le métier de tatoueur m’a paru une évidence. 
 
Comment est tu devenue tatoueuse, raconte moi ton parcours.
 
Mon apprentissage a été un peu dur et ne s’est pas très bien passé, j’ai fais ça dans 2 shops, un peu à l’arrache comme on dit, pour ensuite taffer avec une pote. J’ai surtout beaucoup appris seule, les gens qui me formaient ne faisaient pas du tout de traditionnel,  du coup j’ai du comprendre moi même les techniques et les assimiler. Mon parcours a été long et chiant mais je n’ai jamais lâché prise malgré que certains aient tenté de me mettre des bâtons dans les roues, ça n’as pas été tout rose .

Ensuite, j’ai mis pas mal de temps à évoluer et à trouver mon propre style, je voulais faire du trad mais à ma façon…Je suis restée en Finlande 6 ans puis j’ai emménagé à Londres où je suis restée 3 ans.  Là bas, j’ai tatoué dans quelques shops, commencé à faire des guests par ci par là, des conventions.. J’ai été un peu on the road et j’ai bougé au Québec pour y rester environ un an.  Voilà maintenant un peu plus d’un an que j’ai décidé de m’installer en Belgique pour me rapprocher de mon copain, mais je n’y suis pas souvent car je fais beaucoup de conventions et de guests pour essayer de faire connaitre mon travail .

 
 
 
Parle moi de ta passion des chats, et comment ils t’influencent dans ton boulot de tous les jours.
 
Ma passion des chats , elle date de mon enfance, je les ai toujours aimés !  Je viens d’un village en Provence où nous avons toujours eu des chats dans la famille et ceux qui étaient sauvages venaient toujours squatter chez nous car ils savaient qu’il y avait de la bouffe ! J’ai grandi avec eux, et ils m’ont toujours fascinée, c’est comme ça.
 
J’ai commencé à les intégrer dans mes premiers tatouages  il y a 3-4 ans sans avoir de suite pensé que ça pourrait être ça, ma griffe.  Puis, j’en ai fait un peu plus au Québec et en voyant que le public accrochait, je me suis dis que ça serait pas mal de ne faire que ça ;  des chats avec des jeux de mots, des scènes coquines où un chat se glisse, ou tout simplement réinterpréter des flashs traditionnels mais « façon chat », comme la main avec une lettre,  ou encore réinterpréter les pharaoh’s horses ou rock of ages mais le tout avec des chats à la place.
 
On me demande souvent si je ne me lasse pas de ne faire que des chats, mais non, ce n’est pas le cas car ils sont toujours différents et je m’éclate vraiment à chaque fois!
 
 
 
De tattooer à cattooer, il n’y qu’un pas ? Pourquoi t’être spécialisée dans les tattoos de chats ?
 
Le mot Cattooer m’est venu à l’idée alors que je devais me refaire faire des cartes de visite, et je me suis dit qu’il fallait que je trouve quelque chose de drôle et d’accrocheur  pour parler de ce que je fais en un mot et ça m’a paru évident puisque je ne tatoue quasiment que des chats!
Au vu de la demande je me suis dit que je devais absolument me spécialiser dans la réalisation de tattoos de chats, ça m’as permis de réunir mes deux passions que sont l’encrage et les matous !
Je tatoue aussi d’autres motifs hein, je ne voudrais pas que quelqu’un qui aime mon travail s’empêche de venir vers moi pour un projet en pensant que je refuserais si ledit motif n’intégrait pas de chat, mais si il y en a un, c’est mieux !
 
Des chats, mais très old school, pourquoi ce choix de style ?
 
J’ai toujours aimé le traditionnel « old school » pour moi c’est la base du tattoo (Ndlr : pour en savoir plus sur ce style incontournable, consulte notre dossier complet)! Les lignes épaisses, les ombrages noirs, les tatouages des marins de l’époque…c’est indémodable, et ces tattoos ont réellement une âme . C’est aussi le style de tattoo que je porte, celui que je préfère, ça m’est venu tout seul, je n’ai pas choisi de faire ce style là, ça m’a juste semblé normal !
 
 
 
Quels sont les artistes qui ont pu t’inspirer dans ton travail et pourquoi ?
 
Énormément d’artistes m’ont inspirée, et je ne saurais pas tous te les citer !  J’admire le travail de certains pour leurs designs, leurs couleurs ou encore la façon dont chacun retravaille les dessins à sa sauce. Je ne puise pas mon inspiration uniquement dans le traditionnel, mais également dans le style japonais, le néotrad…. mais la personne qui m’inspire le plus à cette heure est bien évidement mon copain, Mors, qui a un choix de couleurs incroyable et qui ne cesse de m’épater à chaque nouvelle pièce qu’il réalise, j’ai beaucoup évolué grâce à lui, car il m’a beaucoup conseillé sur mes dessins, la technique, mais aussi concernant les machines. Je lui dois beaucoup!
Après je ne m’inspire pas du taf des autres pour mes pièces car j’aime qu’elles sortent de mon propre imaginaire et ne soient pas une copie de ce qui pourrait déjà exister, c’est ce qui fait que cela reste unique ! Je suis fière quand mes clients me racontent quand ils se sont fait arrêter dans la rue par quelqu’un qui a reconnu mon travail; ça veut dire que j’ai enfin réussi ce pour quoi j’ai travaillé dur toutes ces années.
Je ne fais que créer, il est rare que je ne dessine pas le soir, le tatouage est un métier dans lequel on évolue toute sa vie et on apprend toujours des nouvelles choses!
 
 
 
Selon toi, quelle machine est la plus adaptée pour la réalisation de motifs old school et pourquoi ?
 
J’utilise des machines à coils (ou machine à bobines) pour les lignes, je ne peux pas citer une marque de machine en particulier car j’en ai plusieurs et elles viennent de personnes différentes! Pour moi les coils sont mieux pour faire des lignes plus solides. Pour la couleur par contre, j’utilise une rotative, c’est plus smooth comme rendu, mais c’est un choix personnel!
 
Comment vois tu ton avenir dans le milieu du tatouage ? As-tu des projets en particulier ? (Guests où l’on pourra te retrouver bientôt, conventions…)
 
Pour le moment, j’aimerais continuer à faire des conventions et des guests pour me faire connaitre un peu plus, puis peut être enfin trouver l’endroit où je souhaite m’installer pour de bon, et ouvrir mon shop privé, car la Belgique, ce n’est que provisoire!
 
Cette année je serai aux USA à la fin de l’été, puis j’ai quelques conventions de prévues par ci par là mais rien en France, il faudra se déplacer en Belgique pour me trouver! J’ai aussi un projet à venir que je dévoilerai sous peu sur « les internets », surprise surprise !
 
 
 
J’ai vu que tu t’étais récemment adonnée au graf, peux tu m’en dire plus sur cette expérience et ce changement de support ?
 
Tatouer, peindre, dessiner c’est cool mais j’avais envie d’essayer autre chose aussi. J’ai toujours été passionnée par le graff, depuis mes années collège.  Les gars avec qui je traînais et mon petit frère en faisaient et j’ai toujours trouvé ça super, seulement à l’époque je n’ai jamais eu l’audace d’essayer et je me dis que ce n’était peut être pas plus mal, car mon niveau de dessin a tellement évolué que je pense être plus apte à comprendre comment ça marche désormais. C’est ma pote Moska qui m’apprend petit à petit, je n’en ai pas fait beaucoup encore mais je remarque mon évolution à chaque graff que je fais, même s’ils sont loin d’être parfaits, c’est si dur à faire des lignes droites de la même épaisseur, mais je ne me prends pas la tête ça finira par s’apprendre, je ne baisse pas les bras et ne compte pas m’arrêter là !
 
 
 
 
 
 
 
 
Un grand merci pour tes réponses et ton temps!!
 
Retrouve Iris sur son Facebook et son instagram
 

A propos de l'auteur

Hell On Heels

Passionnée de tattoo depuis l'enfance, tatouée dès les premières heures de sa majorité. Touche à tout : photo, dessin, écriture, musique... Vous pouvez aussi retrouver son amour du tattoo, de la bodmod, et du rock'n roll sur son blog personnel Hell On Heels

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.