Portrait de tattoo-girls par Eddy Abimbi : Sakura San

modele tatouee sakura (1)

« Photographe et Art Director, Eddy Abimbi nous invite dans ses backstages pour nous faire rencontrer des personnalités tatouées hors du commun ».

Aujourd’hui, direction Bruxelles, à la recherche de jolis modèles tatoués. Passé les traditionnels breuvages format XXL ou les gaufres au chocolat, j’ai croisé la belle Sakura.

Avec plus d’une dizaine de tatouages et un regard de braise, la jolie brune me parle de son premier tatouage.

Le premier tatouage a souvent une portée symbolique. Pour Sakura, ce fut le cas, car l’aventure tatouage a commencé il y a quelques années quand elle s’est fait marquer trois étoiles sur le bas-ventre.

« J’ai fait ce tatouage pour ma maman. Quand j’étais petite, elle s’amusait toujours à inventer des petites histoires pour m’endormir, et il y avait toujours une étoile qui emmenait les enfants faire des aventures magiques ».

[embedvideo id= »wfBHeeJJpvI » website= »youtube »]

Depuis, sa peau s’est bien remplie, on peut découvrir un autre tatouage sur son dos, une étoile du chaos, des symboles néo-tribaux sur son bras, une toile d’araignée punk sur le coude et un personnage de BD sur sa cuisse.

« J’ai Tank Girl sur la cuisse, c’est un comics des années 90. C’est l’histoire d’une nana qui vit dans un tank et qui est hyper garçon manqué. Elle a des gros flingues et elle passe son temps à boire et à se battre, c’est génial. J’adore l’idée de vivre dans un tank».

Pour Sakura, et comme pour beaucoup d’amoureux du tatouage, chercher de nouveaux motifs et de nouveaux artistes talentueux est une véritable aventure au quotidien. Avec des idées de tattoo plein la tête, elle me confie ne pas vouloir s’arrêter là.

modele tatouee sakura (3) modele tatouee sakura (1) modele tatouee sakura (2)

Nos autres articles

Guide
Quentin J

Le détatouage au laser

Pendant des millénaires, le tatouage était un art un sacré utilisé dans des rites iniatiques, symbolisant un passage vers une nouvelle étape de la vie.

Interviews
Sebastien P

Interview de la tatoueuse Manon

Bonjour Manon, peux-tu te présenter ? Quel âge as-tu ? Avec qui as-tu appris le métier ? Hello ! Alors j’ai 24 ans, ça fait

Tatoueurs, tatoueuses
Hell On Heels

L’ancien temps vu par Mike Petroskie

Mike Petroskie, ce nom ne vous dit peut être pas encore quelque chose, mais son travail va très certainement marquer les adeptes du beau néo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *