La veine graphique

la veine graphique

L’été est là, vous allez bientôt vous rendre sur une plage, vous enduire d’écran total ou de produits derm-ink vos tatouages (Subtile ma pub pour nos copains de derm’ink non ?) et bouquiner sur un transat, et là, vous allez pouvoir afficher votre différence culturelle ! Alors que vos voisins éphémères de bronzette liront « Closer » voir pire « Oups »  pour apprendre les dernières aventures de l’icone nationale qu’est Nabilla, future star de chez Marc dorcel, Vous, vous aurez dans les mains le magnifique livre de Christophe Escarmand « La veine graphique » qui attirera immédiatement intérêt et admiration sur votre personne !

la veine graphique (2)

Vous allez me dire « Mais c’est quoi la veine graphique ? » minute papillon, j’y arrive !
Ce livre, comme son nom l’indique, traite de l’univers du tatouage répondant au style dit « graphique ». Le terme graphique est un peu fourre tout car on y retrouve des tatouages de genres très variés mais il regroupe en quelque sorte tous les artistes qui se sont affranchis des codes des autres styles.
Car les autres styles répondent à certaines « règles », par exemple, dans le old school, le trait est plus épais, les motifs ont une signification qui leur est propre, même chose pour le style japonais qui a des motifs récurrents comme les dragons, geishas et autres carpes koi.

livre tatouage la veine graphique (3)

Le style graphique, lui, ne répond à aucune règle. Les artistes ont carte blanche pour laisser libre cours à leur imagination. Ce style est récent car il n’a pas plus de 20 ans, il a été en quelque sorte démocratisé par Yann Black, qui proposa à ses clients des choses encore jamais vues ailleurs, faites de traits, d’aplats, de formes abstraites et de personnages crayonnés ! Son style plut et ouvrit la voie à d’autres tatoueurs qui, comme lui, ne se retrouvaient pas forcément dans les styles de tatouages déjà existants.

Et c’est justement de ces tatoueurs dont nous parle « La veine graphique ». A travers 170 pages, Christophe nous dresse les portraits des grands noms du genre, Léa Nahon, Topsiturby, Kostek, Jean luc Navette, Belly Button, Musa, Lionel Fahy, Lenad, Piet du Congo, Guy le tatooer, Xoil, Peter Aurisch, Noon et Jef.
Tous ces artistes ont beau faire partie du même style, ils sont tous extrêmement différents et c’est aussi la force de ce livre, on y découvre des univers totalement opposés, c’est ainsi que l’on passe des tattoos uniquement en noir et gris de Jean Luc Navette au monde coloré de Peter Aurisch, des formes géométriques de « Guy le tatooer » ou aux projections de Musa.

livre tatouage la veine graphique (2)

C’est donc un total dépaysement qui attend le lecteur lorsque, toutes les 10 pages, il entre dans l’univers d’un nouvel artiste, chacun d’eux étant accompagné d’une brève présentation. Mais ici, il est surtout question de faire la part belle aux images avec pas moins de 8 pages pleines de photos de tatouages pour chaque artiste.

Et si jamais la lecture du livre et la vision des magnifiques tatouages qui l’illustrent vous ont donné des envies de passer sous les aiguilles d’un de ces formidables artistes, vous trouverez en fin de livre l’ensemble des coordonnées des artistes présents.

livre tatouage la veine graphique (1)

De plus, le livre est un très bel objet, les photos sont de qualité, le papier est épais, la couverture cartonnée avec vernis sélectif, c’est vraiment l’un des plus beaux livres du genre que j’ai eu dans les mains, les éditions Noire Méduse ont vraiment fait du bon boulot.

Au final, le seul reproche que l’on peut faire au livre, c’est l’absence de quelques artistes. Je pense notamment à notre ami Toko Loren ou encore Seb inkme, mais il fallait bien faire des choix, le livre pesant déjà un certain poids, et qui sait, ils seront peut-être présents dans un deuxième tome.

La veine graphique est donc un très bel objet qui plaira aux amoureux du style graphique mais aussi à ceux qui ne connaissent pas encore ce style qui est encore un peu méconnu du grand public.

livre tatouage la veine graphique (6)

Nos autres articles

Interviews
Angélique B

Rencontre avec Noir Mécanique

Aujourd’hui, je vous présente un tatoueur particulier, Noir Mécanique (Paris 18e) qui manie extrêmement bien le dermo pour en retirer des tracés noirs, fins et

Interviews
Quentin J

Interview du tatoueur Fabien Belvèze

Peux-tu nous décrire ton parcours jusqu’à aujourd’hui ? J’ai débuté le tatouage il y a 13 ans. Avant ça, j’ai travaillé dans pas mal de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *