Les 19 et 20 Mars, le Girl Ink s’invite au Caroussel d’Ozoir la Ferriere en Seine & Marne. Sa particularité ? Une convention 100% féminine, déjantée et ouverte à tous ! 30 tatoueuses Françaises mais aussi Belges et Suisses ont fait le déplacement cette année, l’occasion de vous faire encrer ou tout simplement de constater qu’il y à aussi de la place pour les gonz dans cette grande famille aux (talons) aiguilles acérés ! J’ai eu la chance, avant que tout ce beau monde soit en place, de blablater avec les organisateurs afin de vous en dévoiler un petit peu plus sur cette seconde édition prometteuse.

Qui retrouvons nous à l’origine du projet ? Présentez vous !

A l’origine du projet on retrouve Jerome, Melynda, Fabien et Jazmin. Jerome et Melynda avaient l’idée d’un évènement 100% féminin autour de leur marque de t-shirt « Last Whisper », une marque exclusivement girly avec laquelle collaborent des illustratrices, des tatoueurs, des dessinatrices, etc. Jérôme a voulu proposer le concept a son amie tatoueuse Jazmin afin qu’elle et Fabien fédèrent des tatoueuses. C’est pour ça que le Girl’ink fait la part belle aux merchandising et au shows sur scène autant qu’au tatouage. C’est dès le début une volonté de faire un événement autour de l’Art au féminin avec le tattoo en fil conducteur et non simplement une convention de tatouage

Comment & pourquoi vous est venue l’idée d’une convention 100% féminine ?

Jérôme a fait sa première convention comme visiteur en 1997 et depuis il n’a cessé de traîner dans ces événements en faisant un constat qu’il a dressé aussi dans les shops qu’il gere avec ses associés : pas grand chose pour le public féminin…il voulait mettre en avant la sensibilité artistique des filles sans faire un salon de chochottes ou de féministes. L’aide de Fabien qui gère le shop Jzink a Chènevières et le regard de la tatoueuse Jazmin était un savant mélange des genres qui collait avec l’esprit de ce qu’on souhaitait mettre en place. Melynda, découvrait les conventions depuis 2 ans seulement et son point de vue reflétait parfaitement celui de nombreuses visiteuses qui ne trouvaient pas l’audace d’aller au contact des tatoueurs testostéronés lors des différentes conv…Le Girl’ink décomplexe pas mal de gens, ils n’y viennent pas que pour le tattoo. Mais attention, pas question d’en faire le salon du signe infini ou de l’envolée d’oiseaux.

Comment à été accueillie la première édition de l’an passé par le public & par le monde du tattoo ?

La première édition à été un succès à la hauteur de nos ambitions. Les participantes de 2015 ont quasiment toutes signé pour cette année, nous étions attendus au coin du bois, on le sait, beaucoup se demandaient à quoi ressemblerait un event 100% féminin. Nous n’avons eu que des retours positifs ! Encore une fois, les approches différentes mais complémentaires des 4 comparses du staff ont fait un bon mélange. Le jury des concours tattoo a été bluffé du niveau et le public séduit par les shows qui ont fédéré beaucoup de spectateurs (trices). Le mini market n’est pas en reste, l’offre y est diversifiée et de qualité aussi.

Wendy du shop Angel Art à Meaux

Pour cette seconde édition, vous changez de lieu, à quoi doit-on s’attendre de plus que lors de la 1ere édition ?

Nous avions fait très peu de pub en 2015 car le Club SeVen ne pouvait pas accueillir des milliers de visiteurs…finalement les gens l’ont faite pour nous, le bouche à oreille et les partages sur les réseaux sociaux on fait connaître le Girl’ink. Cette année nous avons triplé l’espace, le Caroussel d’Ozoir nous permet d’accueillir plus de stands et plus de visiteurs. Un grand parking privé et un accès routier ou RER plus simple qu’à Brie Comte Robert. Nous n’avons pas pour autant triplé les stands par contre nous proposons 15 shows, 2 concours tattoo et 2 concerts ! Ça c’est unique à notre connaissance…chaque après midi c’est 1 show toutes les 45mn !!!

Les artistes sont elles choisies par votre équipe, ou sont elles libres de se proposer afin de participer à la convention ?

Nous avons sélectionné les artistes scéniques avec beaucoup d’attention, ce sont des pros, les prestations sont top ! Toutes Les tatoueuses sont libres de postuler malheureusement, nous n’en retenions que 30, privilégiant celles qui étaient là en 2015. Nous avions beaucoup de demandes, nous les avons toutes traitées mais avons du « choisir » nos artistes sur la qualité de leur travail bien-sûr mais aussi sur leur motivation à venir passer un weekend sympa ! Nous avons à cœur de nous amuser, il est primordial d’avoir des participantes qui sont dans le même esprit que celui de la convention… Il y a aussi de nombreuses tatoueuses a qui nous avons dit non avec regret, faute de place.

Effy du shop Experiment Ink en Suisse

Quels sont vos projets pour les années à venir ? Pourra ton retrouver des artistes internationales lors de prochaines éditions ?

En 2015 il n’ y avait que des tatoueuses Françaises, cette année vous en retrouverez de Belgique et de Suisse. Cela continuera d’évoluer, nous avons des demandes du Brésil, d’Allemagne, d’Espagne et des USA. Trop tard pour 2016 mais à suivre… Nous souhaitons accueillir des étrangères pour les prochaines éditions afin de favoriser les échanges entre tatoueuses.

Un petit mot pour la fin ?

Le Girl’ink se veut convivial, ça serait top de pouvoir y compter plusieurs filles venant de pays hors Europe ! Nous souhaitons que le Girl’ink soit connu et reconnu pour son niveau de tattoo comme pour les stands commerciaux et les artistes sur scène. On ne cherche pas a faire LA convention de filles mais bien un weekend autour de l’Art sous toute ses formes. Charge à nous de sélectionner les intervenantes avec soins et surtout de nous faire suffisamment connaître afin qu’elles nous sollicitent. Que le public soit content, que les participantes soient fières de se produire lors de ce weekend !

Isabelle Klancar du shop By Jack à Thionville

A propos de l'auteur

Hell On Heels

Passionnée de tattoo depuis l'enfance, tatouée dès les premières heures de sa majorité. Touche à tout : photo, dessin, écriture, musique... Vous pouvez aussi retrouver son amour du tattoo, de la bodmod, et du rock'n roll sur son blog personnel Hell On Heels

Articles similaires

2 Réponses

  1. Dwam

    Pitie, on a déjà eu étalage de ce genre de connerie pendant des années dans la bd, et maintenant le milieu du tattoo s’y met ? Cet article est un étalage désolant de clichés sexistes. Et encore je me suis arrêté à « Sans faire un salon de chochottes ou de féministes » – donc homophobe et sexiste. Bravo, tout est dit, je vais pas lire ce torchon plus loin sinon je vais foutre le feu à quelque chose.

    Répondre
    • Hell OnHeels
      Hell OnHeels

      Salut Dwam ! Le milieu du tattoo ne s’y mets pas, bien au contraire, si tu avais tout lu tu le saurais 😉 Je ne vois pas en quoi l’article est un étalage de clichés sexistes, et encore moins homophobe, il faut arrêter de voir le mal partout ; pour avoir été à cette convention l’an passé, c’est LOIN, mais alors LOIN d’être le cas, je suis la première à être contre ce type de comportements. Malheureusement, dans le milieu du tattoo, quand tu es une femme, c’est pas toujours facile, & je parle en connaissance de cause, d’après certaines réflexions des plus grands du milieu , c’est désolant mais c’est comme ça ! Le but de la convention est clairement de mettre en lumière des talents féminins, trop peu présents & mis en avant dans le milieu justement (il y a moins de 50 artiste féminines sur les 300 présents au Mondial du Tatouage par exemple !). Je t’invite fortement à t’y rendre si tu es de la région, je t’offre même ta place pour te prouver que la conv est tout sauf ce que tu crois ! have a nice day 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.