Interview Michael Taguet tatoueur à Yama Tattoo

interview-michael-taguet-tatoueur

Les artistes tatoueurs ont changé. Ils évoluent avec leur temps. Aujourd’hui de plus en plus de projets se font autour de la vidéo, des performances… autant d’outils supplémentaires pour aider à diffuser le tatouage. L’expliquer, le faire comprendre, le défendre. Et quand l’artiste apparaît, en plus, comme un jeune prodige, on ne peut que vouloir lui donner la parole… c’est ce que nous faisons aujourd’hui avec Michaël Taguet, de Yama Tattoo à Saint Chamond dans la Loire, que vous avez peut-être vu dans la plus belle vidéo de slowmotion à propos de tatouage, réalisée à ce jour… Faisons connaissance.

Salut Michaël, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, Michaël Taguet, 28 ans, j’officie dans ma boutique, YAMA TATTOO depuis 2009, à Saint-Chamond, ma ville d’origine, près de Saint-Etienne.

interview-michael-taguet-yama-tattoo (7)

Depuis combien de temps es-tu dans le métier, et comment y es-tu entré ?

J’ai été immergé dans le métier relativement jeune.
Après m’être fait tatouer par mon oncle à 18 ans, comme il ne voulait pas de mon argent, je lui rendais des services de temps à autres en faisant le ménage, fabriquant les aiguilles et m’occupant de la stérilisation. Comme je dessinais déjà énormément, j’en suis venu a proposer mes dessins aux clients puis, le virus a commencé a prendre et j’ai observé attentivement chaque étape de la réalisation d’un tattoo. C’est comme ça que j’ai fait ma formation.
J’ai ensuite racheté le shop en 2009 et commencé à tatouer au même moment. Donc ça fait un peu plus de 5 ans que je tatoue.

Quand on regarde ton travail, on est saisi par la variété de ta palette et de tes compétences. Réalisme, aquarelles, dotwork, lettrage, noir et gris, couleurs… Tu sembles tout maîtriser. Y a-t-il un style dans lequel tu te sens plus à l’aise ou que tu affectionnes particulièrement ?

J’ai toujours bossé seul et évolué à mon rythme. Pendant de nombreuses années, j’ai toujours fait ce qu’on me demandais en y mettant toujours ma touche perso. Je bossais uniquement en « free hand » et faisais les modifs a même la peau. J’ai donc pu explorer pas mal de genres et styles différents. Je ne voulais pas me spécialiser dans un seul type de tattoo par peur de m’ennuyer, mais depuis quelques mois, ma manière de travailler a évolué et maintenant que je me sens à l’aise avec le dermo, je crois qu’ il y a un genre qui me plaît vraiment, sans que cela ne soit trop redondant, ou j’aimerais en faire ma spécialité : le réalisme couleur.

interview-michael-taguet-yama-tattoo (8)

Tes sources d’inspiration sont-elles aussi variées ?

Mes premières grosses claques dans les magasines était Tin Tin, Filip Leu, Boris, DeVries, Manu Badet.
Il y a eu ensuite Gogué, Shige, Samohin, Hurtado, Parvainis et Luka Lajoie qui m’a tatoué a la convention de Nantes il y a quelques semaines.
Enfin, la je cite les plus connus, mais il y en a tellement d’autres !!!

 

Ton shop, Yama Tattoo, est à Saint-Chamond, près de Saint-Etienne, c’est une ville que je connais bien, pourquoi t’être installé là-bas ? Et question bonus : pourquoi ce nom ?

Je suis du genre casanier, je n’ai pas bougé de là où j’ai vécu !!!
Il y a eu surtout l’opportunité de pouvoir racheter la boutique et de partir sur une clientèle déjà établie.
Le fait d’être dans une petite ville permet aussi d’avoir des gens plus aguerris qui se déplacent car intéressés par le travail qu’on réalise.
Yama vient en fait d’un manga culte « Akira ». Il y a un personnage qui s ‘appelle Yamagata.

Parlons de cette époustouflante vidéo slowmotion que tu as réalisé avec THE FRENCHIES. Comment est né le projet , et combien de temps ont été nécessaires à l’accomplissement de ce bijou ?

Un ami , Stéphane Couchoud, qui est dans le montage et la réalisation de vidéo en slowmotion
m’a proposé de faire cette vidéo. Après avoir vu ce qui était possible de faire avec cette camera, on a trouvé intéressant de voir la percussion d’une aiguille en extra ralentit. Après avoir fait des prises d’essais , une vidéo similaire réalisé par Guet nous avait devancé ! On a donc décidé de changer de « caps » (jeux de mots pourris…) et de faire une vidéo qui montrait un tatouage du début du projet jusqu’à la fin.
La réalisation de la vidéo s’est faite en une journée et 4 heure de tattoo et FusionInk nous a aussi soutenu dans le projet.

interview-michael-taguet-yama-tattoo (11)

interview-michael-taguet-yama-tattoo (10)

 

Le slowmotion n’est pas seulement impressionnant esthétiquement parlant, il revêt aussi un rôle pédagogique pour beaucoup de non-initiés au fonctionnement même du tatouage. Penses-tu que cette fonction « éducative » soit importante pour le monde du tatouage aujourd’hui ?

Oui, complètement, je suis assez étonné de voir encore certaines personnes qui ne savent pas que se sont des aiguilles qui rentrent dans la peau !
C’est sûr : le tattoo est dans l’air du temps et il est beaucoup plus accepté qu’auparavant, avec des émissions à la TV qui ressemblent plus a de la télé réalité qu’a du tattoo, on voit émerger de jeunes gens qui se présentent pour être formés au métier de tatoueur , parce que c’est « cool » sans avoir aucune notion du dessin, ce qui est la base ! C’est avant tout un métier de passionné et non une lubie.
C’est ce qu’on a voulu montrer dans cette vidéo , en dessinant un motif jusqu’à la réalisation du tatouage.

interview-michael-taguet-yama-tattoo (12)

As-tu d’autres projets dans cette veine en perspective ?

Oui, on a un projet de faire un TimeLapse sur un portrait couleur qui me prendrait 6 à 7h ; donc on verra la vidéo en accéléré tout en réalisant un beau montage vidéo au lieu de faire un plan fixe comme on voit souvent.
The Frenchies a une chaîne sur Youtube qui s’appelle « le slowmo pour les noobs » (ndlr : lien en fin d’article), se sont des vidéos un peu plus déjantés. On doit se faire ça dans les prochaines semaines.

Te déplaces-tu en guest chez des confrères/sœurs, en reçois-tu ? Et es-tu un abonné des conventions, ou es-tu plutôt du genre sédentaire ?

Pour tout te dire, cela ne fait que quelques mois que je m’ouvre au monde des « tatoueurs ».
En effet, j’ai été le plus jeune dans ma région et j’ai essuyé pas mal de revers de mes confrères, j’ai donc fait abstraction de tout ça en faisant mon travail du mieux que j’ai pu pendant plusieurs années .
J’ai eu ensuite la chance de faire de belles rencontres dans le milieu, des gens avec qui j’ai enfin pu discuter de ma passion du tatouage et de technique.
Je me suis dit qu’il n’y avait pas que des « méchants » dans ce métier et j’ai donc décidé de commencer à partager ce que je connaissais et a attaquer les conventions et les guest .
Mon premier guest a été chez Eliot Kohek, Body luxe tattoo.
Il viendra a son tour en Mai, Hugo Feist a fait un saut chez nous aussi , et je recevrai ensuite Angélique Grimm (en Avril 2015) et sûrement d’autres personnes.
Concernant les conventions, je serais a Davezieu au tattoo motor show, début Juin organisé par Sharks et peut être, je dis bien peut être, au mondial du tattoo à Paris, j’attends la confirmation dans les semaines à venir , donc grosse pression pour ma première !!

interview-michael-taguet-yama-tattoo (13)

Je suis ton client, c’est mon premier tattoo, j’ai des idées plein la tête mais aucune idée de ce qui est le mieux pour un motif permanent. Comment se passe notre rendez-vous ?

Tout dépend du motif.
Pour du réalisme, tu prends rendez-vous, et le jour J on bosse le motif ensemble sur papier ou sur ordi.
Pour le reste, tu viens avec différentes images et idées, Je cernes ce que tu désires, je dessine un croquis en te conseillant ce qui est le mieux pour un tattoo et si c’est ok, je le dessine sur toi ou te prépare le motif au stencil.

Pour conclure, voici un espace de liberté d’expression totale. Tu peux y dire ce que tu veux, tant que c’est moins long que l’Iliade.

Je voudrais remercier Killer Ink et Fusion Ink pour leur récent sponsoring, et bien entendu je voudrais remercier aussi mes 2 compères à la boutique, mon apprenti Cyril Chacornac que j’ai sous mon aile depuis un peu plus d’un an , et Laurent Pouyot, le pierceur de la boutique qui m’aident dans tout ce que je fais.
Enfin, merci à Inkage et à ses lecteurs pour cette interview et votre intérêt de vous être intéressés à mon travail!


interview-michael-taguet-yama-tattoo (15)

interview-michael-taguet-yama-tattoo (6)

interview-michael-taguet-yama-tattoo (5)

interview-michael-taguet-yama-tattoo (4)

Merci à Michaël pour son temps, vous pouvez le retrouver sur sa page Facebook : www.facebook.com/yamatattoo.saintchamond
Vous pouvez voir la vidéo Slowmotion ici.
Et l’excellente chaîne de The Frenchies ici.

Nos autres articles

Guide
Quentin J

Tous les soins pour votre tattoo

On voit souvent dans les reportages télé des idiots de la télé-réalité se faire tatouer , sortir du salon de tatouage puis aller à la

Culture
Alexandra Bay

Exposition Lea nahon

Le 29 septembre 2012, Léa Nahon exposait ses dessins dans la boutique de la Boucherie Moderne à Bruxelles. L’occasion d’admirer les talents de cette tatoueuse

Culture
Quentin J

Le tatouage fluorescent

Vous avez peut-être déjà vu des photos de tatouages fluorescents, on en voit de plus en plus souvent sur le net, nous allons donc faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *